UNE BOX ART ET UN CHAT JUIF (Curiosités #4)

Bon. Histoire de toucher du doigt des sujets un poil moins mornes que celui du connard canard (coucou Donald) misogyne, raciste, homophobe, pro-guerre et j’en passe, qui va dorénavant servir de président à la plus grande puissance mondiale, il m’est apparu pertinent – pour ne pas dire nécessaire – de partager avec toi ces quelques bricoles qui donnent à la vie une délicate teinte rosée. (Et puis on le sait bien, c’est l’armée de Dumbledore qui gagne à la fin.)

Je vais aujourd’hui tenter (ce début de phrase ressemble étrangement à l’introduction d’un numéro de magie sur le point de rater) participer à l’apport incertain d’une once d’optimisme et de bonnes choses qui font que « jusqu’ici tout va bien » en partageant avec toi, poto internaute, les curiosités qui ont contribué à rendre ces quelques derniers mois absolument fabuleux.


Momonga | La box art et design

capture-decran-2016-11-14-a-22-34-58

 

Je n’ai jamais été trop séduite par les box en général, bien qu’assez friande du concept. Les box beauté, bijoux, tout ça, c’est pas trop ma came, toujours un peu frustrée de ne pas en trouver une qui me donne suffisamment envie de cliquer sur bouton « s’abonner ». Mais ça, c’était avant de tomber par hasard sur le site des box Momonga.

Momonga, c’est l’avant-garde de l’art et du design dans ta boîte aux lettres. En t’abonnant, tu reçois tous les mois une box sur un artiste différent, avec document de présentation de ce dernier (son boulot, son parcours, ses réflexions…), des cartes et un goodie. Je trouve le principe absolument génial, et si comme moi tu cultives un amour inconditionnel pour la nouveauté et la découverte, fonce t’abonner : les formules vont de 5€ à 9€ pour la plus chère – autant te dire que ça ne contribuera pas à ton dépassement de découvert mensuel.


Le chat du rabbin | Joann Sfar

chatdurabbin_cinimage

Découverte de ce dessin animé de Joann Sfar (adapté de sa bande dessinée) il y a peu. J’avais beaucoup beaucoup d’attentes, pour un film qu’on aurait un peu envie de ranger dans la même case que Persepolis, le bijou aux teintes aubiographiques de Marjane Satrapi. Et, éloignant tous mes doutes, cette adaptation a répondu à chacune de mes attentes.
L’histoire conte les aventures du chat d’un rabbin d’Alger dans les années 20. Ce chat doté de la parole baragouine sans inhibition aucune et, curieux et spontané, remet absolument tout en question, des apprentissages du rabbin aux fondements même du judaïsme. Le rabbin craint la mauvaise influence de son chat parlant sur sa fille et décide de les séparer et enseigner à son chat la Torah, le Talmud, la Michna, et la Guemara, pour le remettre sur le droit chemin. L’objectif de la boule de poil : devenir un bon juif qui ne ment pas pour mériter l’autorisation de passer à nouveau du temps auprès de sa petite maitresse.

Ce conte traite des questionnements actuels souvent controversés avec poésie, innocence, humour et intelligence. C’est doux, c’est pertinent, ça se consomme sans modération. Je te laisse la vidéo ici :


 Le bullet journal | S’organiser autrement

bullet-journal-4_0

J’ai adopté cette méthode d’organisation de tâches journalières et mensuelles depuis près de deux mois, après être je suis tombée sur la vidéo de la délicieuse Solange te parle qui en vante les mérites.

Le bullet journal, c’est un poto de route reprenant le système d’un agenda, homemade et personnalisé cette fois, adaptable à chaque individu, réunissant absolument tout ce que l’on ne doit pas oublier (du paiement du loyer à la liste des livres que tu veux entamer, en passant par les rendez vous professionnels, ou toutes les prochaines expos à ne pas manquer). Il se rempli au fur et à mesure et à la suite, ce qui permet de ne pas s’éparpiller. Tout est consigné au même endroit. Bon, j’avoue que comme ça, ça n’a pas l’air révolutionnaire pour un sou. Mais c’est la création de la chose par son propriétaire qui est importante. Laisse moi t’expliquer.

Cet agenda personnalisé s’organise en mois et semaines. Sur la première double page, se trouve à gauche le calendrier du mois avec les dates et les jours ainsi que les traqueurs, et sur la page de droite les objectifs à atteindre durant le mois. Les traqueurs sont les choses que tu souhaites faire de manière hebdomadaire, rapport au mode de vie, la santé ou l’environnement dans lequel on évolue. Des trucs auxquels tu souhaites tenir sur la longueur. Par exemple, je traque si j’ai travaillé dans la journée, si j’ai lu, si j’ai arrosé mes plantes, si j’ai mangé au moins un repas sain ou si j’ai bu du thé.

15045643_10154822869677450_94619092_n

legende

Les jours s’organisent la veille au soir, on se laisse quelques lignes sur lesquelles on place les objectifs / rendez-vous / choses à faire durant la journée donnée. Un point comme puce des choses à faire, une croix pour les choses faites et une flèche pour les choses qui n’ont pas été faites et que l’on doit reporter au jour d’après. Fonctionne pareil pour les objectifs du mois.

Pour le reste, libre à toi de l’articuler comme tu le souhaites. Une liste d’expo / de films à voir / de choses à acheter à ajouter ? Tu la démarres sur la page d’après. Tu peux te laisser aller à quelques coquetteries : par exemple j’ai créé une page à chaque fin de mois, sur laquelle j’écris chaque jour au minimum deux choses qui m’ont vraiment fait plaisir, façon de garder le positif, tu vois.

Je te laisse la vidéo explicative du Bullet Journal ci-après au cas où tu aie envie de te joindre à notre secte de psychorigides de l’organisation facile. Tu vas voir, c’est très vite addictif. Je dois bien avouer que depuis que j’utilise ce système, mon mode de fonctionnement a complètement évolué puisque manifestement et je ne sais par quelle opération du saint esprit, je me tiens à cette petite chose comme à un régime militaire et je ne procrastine presque plus.


 Stranger Things | Matt & Ross Duffer

4118bc185081d7b9ff5160dc6e5304cbaab081a7

Encore une fois, Netflix frappe un grand coup avec cette série que l’on ne présente plus. L’histoire se déroule à Hawkins (Indiana), en 1983. Will Byers, pré-ado marginal un peu geek, disparaît à rentrant à son domicile après une partie de Donjon et Dragon avec trois amis. Ces derniers se lancent dans une recherche acharnée pour le retrouver et rencontrent une étrange jeune fille aux origines inconnues. Se liant d’amitié avec la demoiselle si intrigante, ils découvrent petit à petit qu’elle est peut-être la clé de tous les mystères derrière cette ville et derrière la disparition de Will.

Série dégustable en une journée tellement elle frôle le chef d’œuvre. Enfant des années 80-90, Strangers Things s’adresse directement à toi, en un subtil mélange de Stephen King, d’E.T.  et de X Files. L’atmosphère d’époque est absolument ensorcelante, tout y est : jeu d’acteur parfait (give those guys an oscar, merde !), décors, photo, BO… Ça prend son temps, et c’est justifiable : toutes les découvertes progressives laissent sur le cul, attisent la curiosité et développent chez le spectateur (du moins, chez moi) un appétit intarissable d’en savoir plus. Je l’ai dévorée en 12 heures. Alors un seul conseil : fonce, ceci n’est pas du temps perdu.

Koloto | De l’électro onirique

eclipse
Koloto, c’est le petit nom qu’a emprunté Maria Sullivan pour la scène électro. Elle est jeune, elle est anglaise, elle est talentueuse, et elle est à la fois beatmakeuse, productrice et bassiste. Comme tu peux le voir, cette donzelle est fort polyvalente. Et ce n’est pas tout. Ses premiers tracks enregistrés en 2013 nous embarquent dans une musique électro-concrète où l’on retrouve des sonorités du quotidien, qu’elle assemble un peu par magie pour toucher du doigt l’onirique et le poétique. Des basses bien lourdes, des distorsions et bricolages sonores, des interférences, du hip-hop parfois, de l’acoustique souvent, on reste un peu bloqués dans un conte de fée planant avec son EP Mechanica.
Trêve de bavardages, je te laisse te délecter de cette petite douceur. Son soundcloud ici.


Les pins | Le retour du rétro

capture-decran-2016-11-14-a-22-17-27

Enfant des années 90, ce come back inattendu ne pourra que te satisfaire grandement, ravivant en toi le souvenir révolu de cette douce époque des minikeums, des pogs et des cassettes audio. Le rétro is back, les pins sont de retour ! Perso, j’ai déjà craqué, et pas qu’un peu. Je te laisse mes adresses préférées où t’en procurer pour pas trop cher.

Coucou Suzette : la boutique géniale de Juliette Mallet qui propose tout un assortiment de pins nichons, de patchs œil à appliquer sur vêtements, de petits bijoux rigolos et des coques pour téléphone. Du made in France coloré aux teintes féministes et à prix raisonnable (une dizaine d’euros).

Punkypins : un e-shop angliche à dinos, bananes et pierres précieuses, où tu peux justement te procurer la bouille de notre chère Eleven de Stranger Things à arborer fièrement sur ta casquette Fila. En bref, gros coup de cœur, c’est cute, c’est bien trouvé, et c’est pas cher (environ six livres par pièce). Fonce.

Aliexpress : je ne présente plus le roi du bon plan, et même s’ils mettent entre deux semaines et un mois à arriver, le fait de payer ces merveilles moins d’un euro est extrêmement satisfaisant. Il ne te reste plus qu’à taper « metal pins » dans la barre de recherche, de te laisser avoir et trépigner jusqu’à leur arrivée.


Sur ce, je te souhaite un bon jour du seigneur, de repos et de glandouille. À vite ! Des becs sur ta truffe humide.

Rubriquabraquement tienne,
Alba
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s